Ces éléments de préparation seront donnés en classe vendredi 18 novembre. Le DST portera aussi sur les cours de mardi 22 et mercredi 23, puisque nous commençons tout juste la séquence.

Ce billet du mercredi 16 novembre pourra faire l'objet d'un enrichissement mardi 22 novembre après le cours.

Ce DST sera centré sur l’expression de l’amour en littérature, en particulier dans la poésie. Voici des précisions sur les attentes dans le cadre de ce devoir, et des conseils de préparation.

Écoutez mes précisions sur le DST et mes conseils pour bien vous préparer




Attentes

En citant les textes, il vous faudra être capable de :

  • répondre à des questions de connaissances (sur ce que nous aurons pu voir dans le domaine de la poésie, notamment mardi 22 et mercredi 23),
  • répondre à des questions de compréhension, comme en classe (sur le ou les poèmes proposés dans le DST),
  • répondre à des questions de réflexion personnelle (que pensez-vous de telle ou telle expression ? vous semble-t-elle donner une image juste du sentiment amoureux ?),
  • rédiger une brève synthèse sur un texte (sur le modèle de ce que vous avez fait sur Le Cid, mais en plus court),
  • écrire un à deux vers, ou une à deux phrases, en suivant une consigne précise.

Préparation

  1. Relire le début de la séquence II (cours du mardi 15 au mercredi 23 novembre).
  2. S’entraîner en écrivant un à deux vers, ou une à deux phrases, à la manière d’un poète comme Pierre de Marbeuf, ou de Louise Labé. Vous pouvez par exemple partir d’une comparaison entre l’amour et quelque chose de concret : “Et la mer et l’amour…”. Ou bien vous pouvez vous inspirer des contrastes dans le poème de Louise Labé : “J’ai chaud extrême en endurant froidure”.
  3. S’entraîner en imaginant des questions possibles ; y répondre oralement et par écrit, en temps limité.

Par exemple, on peut imaginer des questions à partir de la comparaison entre l’amour et la mer dans le poème de Pierre de Marbeuf, vu mercredi 16 novembre en classe : pourquoi le poète suggère-t-il que l’amour et la mer “ont l’amer pour partage” ? De quelle amertume parle-t-il ? Qui est la “mère de l’amour” dont la mer est le “berceau” ? Comment se termine le poème, sur quelle émotion ?

ImprimerIMPRIMER