Comme promis, retrouvez ici le conseil donné en classe pour bien rédiger votre présentation des trois points de comparaison que vous avez trouvés entre l’amour et la mer, dans le poème de Pierre de Marbeuf.

Rédaction des idées trouvées en classe sur le poème de Pierre de Marbeuf

En classe, vous avez trouvé trois points de similitude au moins entre la mer et l’amour, qui ont permis à Pierre de Marbeuf d’écrire son poème à partir de cette comparaison.

Chez vous, passez du brouillon (la recherche des idées) à la rédaction, sur le modèle proposé ci-dessous :

Méthode du brouillon à la rédaction.jpg

Allez plus loin !
Je vous invite aussi à développer, juste après vos premières phrases, et en une ou deux phrases, une explication de ce point de comparaison. Voici un exemple complet de ce que vous pouvez parvenir à écrire, avec l’explication en gras :

Le premier point de comparaison entre l’amour et la mer, c’est la puissance. On peut le voir au vers 5 :
“Celui qui craint les eaux qu’il demeure au rivage”
En effet, le poète invite à ne pas tomber amoureux. C’est ce qu’exprime la métaphore du “rivage” où il faut rester. Cela signifie que l’amour est aussi puissant, incontrôlable et dangereux que la mer.


Rappels sur les figures de style que sont la comparaison et la métaphore

Nous avons donné leur nom en classe : la comparaison et la métaphore sont des figures de style fondées sur le principe de la ressemblance.

Une comparaison rapproche deux éléments avec des liens explicites (des mots de comparaison : comme, être semblable à, ressembler à...).

Je regarde les rayons du soleil, qui sont comme des épées d’or.


Une métaphore rapproche deux éléments à partir d'un lien implicite.

Je regarde les épées d’or du soleil.


Nous avons aussi parlé de la catachrèse : c’était par curiosité. Retenez surtout ce que sont et comment fonctionnent la comparaison et la métaphore.

Une catachrèse est comme une figure de style fatiguée : elle n'a plus ce pouvoir surprenant des figures, elle est entrée dans le langage courant.

Un coup de foudre, une bretelle d’autoroute, les pieds d’une chaise…

ImprimerIMPRIMER