Je fais suite à notre cours de ce mercredi 18 janvier, pour rappeler les consignes de préparation et quelques conseils afin de vous aider à réussir votre devoir sur table.


Vous serez évalués sur…

  • Votre capacité à rappeler, en quelques lignes, l’essentiel sur Maupassant et sur son œuvre.
  • Votre compréhension du ou des textes qui seront proposés, tous issus des Contes de la bécasse.
  • Votre capacité à expliquer ce qui fait le réalisme des extraits proposés, ce qui permet, pour reprendre ce qui a été dit en classe, que l’on plonge dans l’univers de Maupassant.
  • La qualité de vos réponses, sur le fond comme sur la forme. Elles devront s’appuyer sur des éléments pertinents et sur des citations précises des textes, le tout dans une présentation claire et une langue correcte.
  • Votre capacité à rédiger un texte de 10 à 20 lignes environ, à partir d’une phrase d’amorce qui, comme celles que je vous avais proposées, laisse ouvertes un certain nombre de pistes d’écriture.

Vous devrez avoir avec vous les Contes de la bécasse.


Comment vous préparer…

À la question sur Maupassant

Pour retrouver les éléments essentiels au sujet de Maupassant, lisez, oralisez votre synthèse, puis apprenez la nôtre. Je reproduis ci-dessous la biographie synthétique que nous avons rédigée ensemble ce matin.

Biographie synthétique de Maupassant, rédigée en cours

Guy de Maupassant est un écrivain français du XIXe siècle (1850-1893). Il est mort fou à l’âge de 43 ans. Il a écrit des romans, dont Bel-Ami, mais il est surtout connu pour ses nouvelles, comme les Contes de la bécasse ou Le Horla. Il est également réputé pour le réalisme de ses œuvres, même si une partie d’entre elles sont fantastiques. Il a côtoyé de grands écrivains, comme Flaubert et Zola.


Aux questions de compréhension et d’interprétation sur les textes issus des Contes de la bécasse

  • Lisez plusieurs nouvelles du recueil - ou tout le recueil si vous voulez ! Vous pouvez aussi les écouter ici.
  • Pour vous préparer aux questions de compréhension et d’interprétation, entraînez-vous sur une ou deux d’entre elles : posez-vous plusieurs questions, sur le modèle de celles que nous nous sommes posées ce matin. Puis répondez à ces questions par écrit, en citant le texte à chaque fois. Je vous conseille de travailler par exemple sur des débuts de nouvelles, car il y a toujours beaucoup de choses à découvrir dans ce genre de passage.
  • Pour revoir comment bien rédiger vos réponses, reportez-vous au travail que nous avions fait fin novembre sur le poème de Verlaine, Mon rêve familier.

Exemple de question étudiée mercredi matin

Question

Nous avons lu La folle et nous nous sommes interrogés sur le réalisme de la nouvelle, autrement dit, sur ce qui sonnait juste et vrai, ce qui permettait à Maupassant de “nous plonger” directement dans l’histoire et dans l’époque à laquelle lui et ses personnages vivaient.

Éléments de réponse

Maupassant ancre l’histoire de La folle dans le contexte de la guerre de 1870. Ainsi, le narrateur dit : “La guerre vint ; et, dans les premiers jours de décembre, les Prussiens pénétrèrent à Cormeil”. Les personnages sont sans doute imaginaires, mais la guerre, elle, a bien existé. Cela rend la nouvelle vraisemblable.

Le narrateur de la nouvelle raconte comment il a vu défiler les Prussiens : “De ma fenêtre, je les vis passer. Ils défilaient interminablement, tous pareils, avec ce mouvement de pantins qui leur est particulier”. Cela donne l’impression que ce personnage est bien réel et donc, que ce qu’il raconte l’est aussi.

Enfin, Maupassant nous plonge dans l’époque de la guerre de 1870 en imitant l’accent des Prussiens, par exemple lorsque le commandant s’adresse à la folle : “Nous ferrons pien si vous poufez bas vous hapiller toute seule et faire une bétite bromenate”. Ces passages au discours direct font rire, mais c’est justement une façon de se moquer, par consolation, des ennemis victorieux.

Ce n’est pas un élément de réponse, mais plutôt un prolongement, utile à retenir : tout l’art de Maupassant, cela a été dit ce matin en cours, consiste justement à “faire vrai” avec très peu de mots, ce qui donne plus de liberté au lecteur qui veut s’imaginer les personnages et les situations.


À la rédaction

Pour vous préparer à la rédaction, écrivez de nouveau un court texte à partir d’une des phrases d’amorce proposées au début de notre séquence : vous les retrouverez ici. Revoyez aussi comment bien employer les temps dans un récit au passé, grâce à tout ce que nous avons vu en classe et aux exercices interactifs que je vous ai proposés.

ImprimerIMPRIMER

À lire aussi