Si nous avons travaillé sur l’Humanisme en France, à travers Du Bellay, Rabelais ou encore Montaigne, il est essentiel de mesurer que ce mouvement méconnaît les frontières et s’étend à toute l’Europe, au point d’être le creuset de la conscience européenne.

Une image, ou plutôt deux, entre autres, en sont emblématiques : il s’agit des portraits d’Érasme et de Peter Gilles, réalisés par le peintre flamand Quentin Metsys (que nous avons déjà croisé à propos des scènes de genre).

Note du lundi 8 mai 2017 : ci-dessous, je corrige et adopte la graphie en usage chez les historiens pour l'expression "guerres de Religion".


Un diptyque adressé à Thomas More par Érasme

En 1517, Érasme demande à Quentin Metsys de peindre un diptyque qui le représente, lui (sur le premier tableau) et son ami Pierre Gilles, jurisconsulte anversois (conseiller juridique d’Anvers, sur le second tableau). Ces toiles accompagnent une lettre adressée à leur ami commun, Thomas More.


metsys-portrait-d-erasme-de-rotterdam-1517.jpg

Portrait d’Érasme de Rotterdam, Quentin Metsys, 1517.


Metsys-_I__-_Portrait_of_Pieter_Gillis_-_1517.jpg

Portrait de Peter Gilles, Quentin Metsys, 1517.


“Je t’envoie les portraits, afin que nous soyons toujours près de toi, même quand la mort nous aura anéantis.”

Érasme à Thomas More, le 8 septembre 1517.

Non seulement ces portraits mettent en scène les deux hommes dans un cadre livresque et savant qui deviendra caractéristique de l'Humanisme, mais de surcroît, la construction en diptyque et la destination de ces toiles, offertes à Thomas More, forment un symbole de ce qu'on appellera la "République des lettres", c'est-à-dire à la fois une communauté des érudits à l'échelle européenne, avec ce que cela implique quant à la circulation des idées (rappelons-nous Rabelais, lecteur d'Érasme et de T. More : les humanistes voyagent et l'imprimerie favorise la large diffusion de leurs œuvres), mais aussi la conscience qu'a chaque humaniste de l'existence de cette communauté et des valeurs qui la fondent (foi en l'homme, mesure de toute chose ; promotion et révolutions du savoir ; redécouverte de l'Antiquité à travers les traductions, notamment).

Cette sociabilité des érudits européens prend son essor pendant la première moitié du XVIe siècle, avant la fracture confessionnelle causée par les guerres de Religion, qui traverse toute l’Europe.


On trouve sur internet cette image qui fusionne les deux portraits :

Fusion_Metsys.jpg

ImprimerIMPRIMER

À lire aussi