Vous allez bientôt devenir ou être davantage encore des petits Borges immergés dans une vaste bibliothèque, c’est-à-dire, pour quitter la métaphore, plongés dans une somme de lectures importante. Réjouissez-vous.

À cette fin, peut-être avez-vous besoin, personnellement, de vous fixer des échéances pour ne pas crouler sous une pile de lectures orphelines de vous. Je tiens à respecter votre rythme personnel, mais il faut, vous l’imaginez bien, l’accorder au temps et aux exigences de notre année.

Voici donc quelques conseils et précisions sur les lectures des semaines à venir.


À lire d’ici le 2 octobre : Alice Ferney

Merci de vous être franchement engagé dans la lecture d’un des romans d’Alice Ferney (indiqués en classe de préférence) d’ici le café littéraire du lundi 2 octobre, en vue de la rencontre du 3. Question d’honnêteté intellectuelle, d’implication bien sûr, mais aussi de plaisir : comment profiter, sans cela, de tout ce qui se dira entre nous le 2, et avec elle le 3 ?


À lire au fil des cours jusqu’à fin septembre

Nous regardons Dom Juan de Molière en ce moment. Merci de lire les scènes que nous n’aurons pas le temps d’étudier et/ou de voir en classe. Cela se lit vite, mais vous pouvez tout à fait respecter le rythme nécessairement lent de notre travail, donc terminer la pièce avec l’étude du dénouement que nous aurons à mener, probablement fin septembre, en tout cas pas avant.

Je vous demanderai tout prochainement de préparer la mise en scène d’un extrait de la pièce. Ce sera en soi une lecture approfondie, qui supposera d’avoir une vision d’ensemble, donc une lecture intégrale de la pièce.


D’ici à la fin des vacances de la Toussaint

  • Vous aurez à lire obligatoirement deux pièces de théâtre en plus de Dom Juan ; je vous proposerai une liste tout prochainement ici.
  • Vous aurez également à lire plusieurs romans de la rentrée littéraire dans le cadre de notre Café littéraire. Mme Beaubatie, Mme Clouet d’Orval et moi vous proposerons cette sélection le 9 octobre.

Après les vacances

En novembre, nous engagerons l’étude d’ Un balcon en forêt de Julien Gracq. C’est un roman d’une grande et belle densité ; vous pourrez le lire au fur et à mesure de notre étude. Je vous conseille d’attendre l’analyse de l’incipit pour le commencer, mais nous irons assez vite ensuite : vous aurez donc intérêt à avoir du temps, et je dirais, de la place à lui accorder en cette période qui sera chargée sur le plan du travail.

ImprimerIMPRIMER