Vous trouverez ici tout ce dont vous avez besoin pour bien préparer votre premier oral blanc. À commencer par ces encouragements : entraînez-vous, faites preuve de rigueur, ayez confiance dans vos qualités et appropriez-vous vraiment les textes à l’occasion de ces oraux !

J’ajoute des conseils à mesure que j’écoute vos oraux enregistrés, y compris ce week-end (samedi 18).

Mise à jour : samedi 18 novembre : corrections apportées au descriptif téléchargeable ci-dessous.


Le descriptif vous servira de guide dans votre préparation ; je tâcherai de vous l’imprimer pour le début de semaine prochaine. J’y joins les documents complémentaires de la première séquence, à télécharger et imprimer par vos soins.

  • Candidats du 22 novembre : séquence I
  • Candidats du 29 novembre : séquence I et début de la séquence II (“Le héros de roman au combat” ; romans en cours de lecture dans le cadre du café littéraire)

Conseils suite à l’écoute de vos oraux enregistrés (en cours)

Ne lisez pas les noms des personnages, sinon éventuellement lors de la première occurrence. Sinon, la lecture s’en trouve trop hachée.

Ma préférence irait aujourd’hui au choix suivant : dire les noms des personnages avant de proférer la première réplique, tels qu’ils figurent en haut du texte de la scène, et ne plus les dire ensuite. L’intonation doit permettre de reconnaître un personnage par la suite.

Lisez les didascalies comme celle qui clôt la scène du Pauvre, mais pas celles qui, dans Dom Juan, indiqueraient une attitude (c’est le ton qui s’adaptera alors). De mémoire, il n’y en a pas dans nos textes.

Enrichissez l'analyse : plusieurs prestations tournent par moments à la paraphrase. De nombreux conseils et de nombreux axes d’analyse sont vus en classe, il faut vous les approprier. Nous essayons de comprendre non seulement le sens et la portée des œuvres, mais aussi, pour mesurer cela justement, les secrets de leur fabrication. Reportez-vous à titre d’exemple aux propositions d’analyse données sur Lettrines pour l’acte III, scène 2 de Dom Juan.

Donnez du tonus à votre propos : c’est difficile de proposer un oral à la fois dynamique et précis, mais visez cela néanmoins. Une telle prestation procède d’un brouillon réussi, où vos remarques, même semi-rédigées, sont prêtes à être mises en bouche. Je vous renvoie à l’exemple de brouillon que je vous ai proposé à propos de l’éloge de l’inconstance (Dom Juan, I, 2).

Attention au va-et-vient efficace que vous devez faire entre vos notes et le texte ! Votre propos doit être convaincant, et pour cela, être non seulement pertinent, mais fluide et clair. Or parfois, passer de vos notes aux citations relève du jonglage. Là encore, suivez par exemple les conseils proposés dans ce billet qui présente la fabrique d’un oral sur l’éloge de l’inconstance (Dom Juan, I, 2).

Avant la lecture, inutile de dire « Je vais vous faire la lecture », ne faites pas prendre un demi-siècle à votre auditeur ! Choisissez simplement d’achever la présentation sommaire de l’extrait par une phrase qui, implicitement, suppose que la lecture s’engage.

Exemple de dernière phrase avant la lecture :

« Dans cette scène, Dom Juan se mue en tentateur diabolique, face à un Pauvre qui attendait de lui l’aumône après lui avoir indiqué l’issue de la forêt. »

Ou bien, plus sobrement :

“Au début de cette scène, Dom Juan et Sganarelle, égarés dans la forêt, demandent leur chemin à un Pauvre.”

ImprimerIMPRIMER

À lire aussi