Deux exercices donnés pour mardi 21.

Mise à jour après le cours de mardi 21 : vous trouverez ci-dessous en annexe le PDF des notes prises par Marie en classe - qu'elle en soit remerciée ici.


Pour votre prise de notes - 21 novembre

À la suite de la séance 2 : La flamme de Phèdre OU à la suite de la Méthodologie du commentaire littéraire

(Nous en sommes aux premières étapes : horizon d’attente, esquisse de projet de lecture, mouvements du texte)


Rappel sur la méthodologie du commentaire littéraire, actuellement en cours

Tout comme vous l’avez vu pour la dissertation, réussir un commentaire littéraire suppose de travailler en suivant ces étapes, qui ont été réexplicitées ce mardi :

  1. À partir de ce que l’on sait du texte (paratexte, culture personnelle), définir l’horizon d’attente du lecteur (ou, pour le théâtre, du spectateur).
  2. Élaborer une esquisse du projet de lecture, au terme de la découverte du texte. On s’appuie sur notre horizon d’attente, tel qu’on l’a dégagé. Si on a déjà repéré les mouvements du texte, on peut également les prendre en compte dans sa réflexion pour s’assurer que le projet de lecture est cohérent. Au fond, le projet de lecture n'est jamais que notre manière de lire et de comprendre le texte, manière que nous espérons la plus pertinente possible.
  3. Analyser le texte et bâtir un plan autour de deux ou trois grandes perspectives d’étude, ou à partir des mouvements du texte (dans cet ordre, ou l’inverse : je vous renvoie à notre travail de début d’année sur votre profil d’apprentissage) : c’est là le cœur du commentaire.
  4. Rédiger le devoir. Le projet de lecture sera affiné pour être énoncé en introduction.

Composition de l’extrait (les mouvements)

Lorsque vous étudiez un texte, ou que vous le lisez tout simplement, mettre au jour les mouvements qui le composent, lui donnent sa dynamique propre, sa charpente parfois secrète, peut grandement aider à sa compréhension.

Exercez-vous seul à repérer les mouvements qui composent la tirade de Phèdre à l’acte II, scène 5.

Exemple avec la tirade de Phèdre dans l’acte I, scène 3

(aux pages 36 à 38 dans votre édition)

La tirade de Phèdre que nous avons déjà étudiée, sous un angle seulement certes (celui du motif du feu), paraît composée de trois mouvements. Relisez-la avant de lire la proposition ci-dessous.

  • Phèdre raconte la naissance de son amour maudit et interdit, vécu comme une maladie, du vers 269 (“Mon mal vient de plus loin…”) au vers 278, qui se clôt par les “tourments inévitables” que lui fait endurer Vénus.
  • Elle énumère ensuite ses tentatives d’échapper à cet amour, tentatives qui prennent la forme d’offrandes et de sacrifices, des animaux à Hippolyte lui-même, poussé à l’exil. Ce second mouvement s’étend du vers 279 au vers 300.
  • Enfin, le dernier mouvement, du vers 301 au vers 316, évoque l’impossible délivrance et l’unique issue qui consiste en son propre sacrifice.

Projet de lecture

Nous avons évoqué ensemble la nécessité, pour donner une direction à votre commentaire littéraire, pour donner forme au fil d’Ariane qui court d’un bout à l’autre de votre copie (et ainsi permettre à votre correcteur de se repérer), de formuler un projet de lecture, qui trouvera place dans votre introduction.

Après avoir écrit pour vous-même, au brouillon, l’horizon d’attente du lecteur devant le texte ; après l’avoir découvert en une ou deux lectures, vous pouvez déjà esquisser ce projet de lecture. Nous l’avons vu ensemble en méthodologie. L’analyse de la composition du texte (voir ci-dessus) permet également de s’assurer que l’on va dans la bonne direction. Par la suite, l’analyse détaillée du texte à commenter vous permettra de confirmer et d’affiner votre projet.

Exemple avec la tirade de Phèdre dans l’acte I, scène 3

Esquisse de projet de lecture

Nous verrons en quoi cette tirade consiste en l’aveu d’un amour tragique et douloureux.

Projet de lecture affiné

Nous verrons en quoi cette tirade consiste en un aveu tendu vers un effort de justification, qui révèle la naissance et la puissance d’un amour tragique.

Autre formulation :

Que cette tirade soit un aveu tendu vers un effort de justification, qui révèle la naissance et la puissance d’un amour tragique, c’est ce que nous nous proposons de mettre au jour.

Projet de lecture affiné - autre possibilité

Nous verrons en quoi cette tirade consiste en un aveu tendu vers un effort de justification, qui suscite la compassion pour un personnage sacrifié sur l’autel de l’amour.

Autre formulation :

Que cette tirade soit un aveu tendu vers un effort de justification, qui suscite la compassion pour un personnage sacrifié sur l’autel de l’amour, c’est ce que nous nous proposons de mettre au jour.

Si dans ce projet de lecture le terme tragique a disparu, restent néanmoins les signes du tragique, avec la compassion et le sacrifice.


ImprimerIMPRIMER