Voici plusieurs pistes, des mini-corrigés si vous voulez, pour progresser sur des points précis. Cela peut vous servir pour réécrire les segments particulièrement perfectibles de vos copies (à faire pour jeudi 11).

Ces conseils ne se substituent pas à une méthodologie complète. Vous pouvez vous appuyer sur ce qui vous est proposé sur Lettrines.


Rappel d’un des deux sujets de dissertation

Attendez-vous du personnage principal du roman et d’une nouvelle qu’il soit admirable ?


Conseils pour progresser en dissertation

Comment annoncer un plan de façon efficace et nuancée, pour laisser la question en suspens jusqu’à la conclusion

Dans un premier temps, nous examinerons en quoi un personnage admirable a toute chance de susciter l’adhésion du lecteur, avant de voir, dans un second temps, l’intérêt que présentent d’autres personnages, plus communs, voire antipathiques. Enfin, nous nous demanderons quels autres ressorts permettent au personnage de roman de séduire le lecteur.

Plus fin, en une phrase, avec une concessive ouverte par “si” pour commencer, et une charnière, « de sorte que », pour engager l’annonce de la troisième partie :

Il s’agit, grâce aux trois segments de la phrase, de mimer le mouvement du devoir complet, pour pallier la quasi absence de liens logiques.

Si un personnage admirable a toute chance de susciter l’adhésion du lecteur, des protagonistes plus communs, voire antipathiques, peuvent également être dignes d’intérêt, de sorte qu’il faudrait se demander, par-delà la question de l’admiration, quels autres ressorts permettent au personnage de roman de séduire le lecteur.

Pour bien identifier chaque partie :

Si un personnage admirable a toute chance de susciter l’adhésion du lecteur I,

des protagonistes plus communs, voire antipathiques, peuvent également être dignes d’intérêt II,

de sorte qu’il faudrait se demander, par-delà la question de l’admiration, quels autres ressorts permettent au personnage de roman de séduire le lecteur III.


Comment faire que chaque argument soit une réponse partielle et provisoire à la question posée dans le sujet

Les arguments et exemples ci-dessous sont inspirés de vos copies.

Il s'agit de ne jamais perdre de vue le sujet, ses termes, ses enjeux ; chaque argument, énoncé en début de sous-partie, permet progressivement d'apporter une réponse à la question posée. Il faut les penser ensemble, au brouillon, et non séparément, afin de favoriser la cohésion du devoir et la netteté de la progression. Les liens logiques - "En première analyse / Par ailleurs / Enfin" soulignent la clarté de la structure et fluidifient le propos.

Thèse du I (idée directrice, détachée par un alinéa)

En première analyse, il paraît aller de soi que les personnages admirables sont particulièrement propres à susciter l’intérêt du lecteur.

Argument du I.1, avec un alinéa de nouveau

En effet, de tels héros, lorsqu’ils incarnent un idéal, font naître chez le lecteur un désir d’imitation, souvent impossible à réaliser, mais agréable à éprouver le temps de la lecture.

Observez la structure de la phrase qui énonce l'argument : si vous la simplifiez et la réduisez au strict nécessaire, pour tenir compte du sujet, vous obtenez :

En effet, de tels héros font naître chez le lecteur un désir d’imitation agréable à éprouver le temps de la lecture.

Ex. : La Princesse de Clèves, fidèle aux principes de son éducation, refuse de s’abandonner à l’amour avec Nemours, même après la mort de son époux.

Argument du I.2, avec un alinéa de nouveau

Par ailleurs, l’admiration que provoquent de tels personnages est source de plaisir lorsqu’ils surmontent progressivement diverses épreuves ; le lecteur les accompagne alors dans leurs succès.

Ex. : Initialement, Robinson Crusoë (Daniel Defoe) n’est pas un héros, mais il le devient sous nos yeux grâce aux épreuves qu’il surmonte sur l’île.

Ici, l'exemple comme ailleurs n'est pas développé, mais vous voyez qu'avec l'expression "sous nos yeux", on veille à ne jamais perdre le lecteur, élément essentiel du sujet (il est bien sûr présent dans la question : "Attendez-vous...").

Argument du I.3, avec un alinéa de nouveau

Enfin, qu’un personnage de roman soit admirable peut s’avérer décisif, pour le lecteur, dans la construction de soi.

Ex. : Enfant, Julien Gracq rêve de devenir explorateur grâce aux admirables et fascinants héros des romans de Jules Verne.

La présence de l'adj. "admirables" est tout sauf anodine : elle montre que l'auteur de la copie, vous, discutez sans cesse avec l'auteur du sujet, en répondant avec ses mots, auxquels petit à petit vous donnez toute leur signification.


Comment conclure une sous-partie : une fois l’exemple développé, on opère un bouclage avec l’énoncé de l’argument en début de paragraphe.

Ainsi, la vertu à toute épreuve et la fidélité de Mme de Clèves à ses principes la rendent sublime et ne peuvent que susciter chez le lecteur, en même temps que de l’admiration, un fort désir d’imitation, aussi bien à l’époque de Mme de Lafayette qu’aujourd’hui.


Conseils pour le commentaire

Comment construire un projet de lecture

N’allez pas le chercher excessivement loin. Croisez ce que dit le texte (ce qu’il raconte, si c’est un extrait de pièce de théâtre ou de roman) et la forme particulière qu’il prend (à partir de ce qui vous semble le plus saillant dans l’écriture), par rapport à un horizon d’attente donné, que vous aurez pris soin de définir.

Je m’appuie ci-dessous sur des extraits de vos commentaires de l’extrait de Le Rouge et le Noir.

Ce qu’on sait de Stendhal :

Stendhal est connu pour le réalisme de ses œuvres, mais aussi l’élan romantique de plusieurs de ses héros. On parle parfois de réalisme subjectif s’agissant de sa préférence narrative : le lecteur accompagne souvent le héros au plus près de ses sensations (c’est la focalisation interne), et cela contribue à la vraisemblance de la réalité dont rend compte le roman.

Ce qu’on peut savoir ou au moins supposer à la lumière du paratexte :

Julien est une jeune homme modeste, mais ambitieux ; Mme de Rênal, une aristocrate, est la mère des enfants dont il s’apprête à être le précepteur.

On peut supposer qu’il s’agit d’un passage qui se trouve dans la première partie du roman.

Ce qu’on sait après une première lecture :

Le texte narre une rencontre entre deux personnages, une femme, un jeune homme de rangs sociaux très différents.

Esquisse du projet de lecture, au brouillon, avant de se lancer dans l’analyse et l’élaboration du plan

On peut donc, au début de la conception du commentaire, esquisser le projet de lecture suivant, projet que l’analyse au brouillon permettra d’affiner avant de retenir une formulation définitive, énoncée en introduction pour former la clé de voûte du commentaire.

Nous verrons en quoi cette scène de rencontre, portée par un travail particulier sur les regards, transcende l’écart entre les deux personnages,

Seuil de l’amour


Comment intégrer une citation dans son propos

Mme de Rênal apparaît également comme une figure maternelle à l’égard de Julien, du moins dans un premier temps, lorsqu’elle s’adresse à lui en lui disant : « Mon enfant ».

Autre intégration de citation, avec des crochets - ici des parenthèses en raison de cette publication sur internet :

La sensualité naissante, qui naît avant tout de la proximité des corps, est source de vives émotions pour les personnages. Ainsi, Julien « tressail(le) quand une voix douce lui dit près de l’oreille : - Que voulez-vous ici, mon enfant ? ». Le narrateur précise, plus loin, que les protagonistes sont « fort près l’un de l’autre à se regarder », et ici l’infinitif souligne le moment de suspens qui unit les personnages dans le trouble de la rencontre.

Les extraits sont brefs, mais suffisamment longs pour être significatifs, c’est-à-dire pour illustrer efficacement le propos ; par ailleurs, ils s’intègrent au commentaire. Les crochets signalent les changements grammaticaux nécessaires à cette intégration dans le propos. Les phrases de commentaire doivent demeurer cohérentes grammaticalement, et ne pas s’allonger démesurément.

ImprimerIMPRIMER

À lire aussi