Vous aurez à travailler sur un sujet de Bac : corpus, question sur corpus, puis au choix, commentaire, dissertation ou invention. L’invention ressemblera à une dissertation libre dans sa forme. Il s’agit de vous faire découvrir ce type d’exercice - moins gratifiant, peut-être, qu’une vraie dissertation ou qu’un travail d’invention de type fictionnel comme je vous en ai proposé sur le roman.

Voici quelques conseils, avec une préparation en 5 étapes. Commencez par là, avec sérénité ; je veux dire, ne vous dispersez pas. Cette préparation, bien conduite, peut et à mon sens doit suffire.

Le devoir vise à évaluer, en début de séquence, la réflexion que vous êtes capable de construire à partir d’un corpus de poèmes sur la poésie.


Sur l’objet d’étude

Je le présenterai : il s’intitule Écriture poétique et quête du sens du Moyen Âge à nos jours. La question centrale est donc de savoir comment, grâce à quoi l’écriture, quand elle prend le chemin de la poésie, permet d’interroger notre existence, le monde, les grandes épreuves de la vie.


Comment vous préparer ?

1. Relisez nos représentations - en voici le résumé, d’après vos remarques.

J’essaie modestement de résumer nos représentations, telles qu’elles se sont exprimées dans vos propos aujourd’hui, autour des grandes lignes suivantes :

  • La poésie, une écriture liée à la douceur ; une écriture lisse ?
  • Un genre définissable et reconnaissable aux contraintes telles que la rime, le rythme, le vers, la strophe, et les figures de style afférentes.
  • Une écriture dans laquelle la musicalité, voire la mélodie occupe une place importante, à lier, évidemment, au lyrisme, sur lequel nous reviendrons en cours.
  • Une écriture liée à la beauté, ou qui exprime la beauté, qui exprime aussi une sensibilité et s’adresse à celle du lecteur.
  • Un genre lié à une pratique scolaire : la récitation. Je vous renvoie à ma réflexion sur ce point.
  • Un genre identifié à des textes brefs (je vous renvoie à ma nuance sur ce point, mais c’est là un héritage de la poésie moderne, sur lequel nous reviendrons), et partant, à des effets de concentration.
  • Un genre propre à partager des émotions.

S’il vous semble avoir dit quelque chose que je n’ai pas su reprendre ici, n’hésitez pas à me le signaler.

Si j'insiste sur ces points, c'est bien parce que tout sujet vous invite, de la question sur corpus à l'invention, à mettre en perspective votre conception de la poésie et ce que ces textes et ces sujets vous apportent. Par exemple, le sujet de dissertation vous invitera sans doute à réfléchir à une définition possible de la poésie.


2. Réfléchissez à ce qu’est la poésie pour vous, et au rôle qui est le sien.

Posez-vous quelques questions simples, qui préparent à la dissertation, même si vous ne prévoyez pas de choisir ce sujet. Qu’est donc la poésie pour vous ? Est-elle un moyen de vous évader dans un autre monde ? D’avoir avec vous un moyen de découvrir, voire d’exprimer des émotions ? De changer votre regard sur le monde, sur l’existence ? Permet-elle de vous plonger dans l’imaginaire ? Quel rapport la poésie entretient-elle avec la beauté (rend-elle les choses plus belles, ou bien permet-elle de découvrir le Beau qu’on ne saurait voir autrement) ? La poésie est-elle quelque chose de sérieux ? D’éternellement voué à l’expression des sentiments ? Ne peut-elle être aussi jeu avec le langage, avec les mots, leurs qualités sémantiques, étymologiques, phoniques, visuelles ? Qu’y a-t-il de poétique chez les auteurs que vous aimez ? Des thèmes, des façons d’écrire, une musicalité ? Une invention poétique particulière (je songe aux Calligrammes d’Apollinaire, par exemple, ou au choix du vers libre de Cendrars que vous avez vu ce mardi)…

Dans un second temps, pour chacune de ces questions, demandez-vous grâce à quoi, pourquoi, comment… Et songez à des poèmes que vous connaissez.

Pour chacune de ces questions, rédigez quelques lignes, brèves, qui soient le début d’une réflexion, pas spécialement ordonnée, mais au contraire libre, qui suive le cheminement de votre pensée. Ce n’est pas encore une dissertation.

C’est là, de toute façon, que vient une autre étape de votre préparation.


3. Lisez quelques poèmes auxquels vous êtes sensibles.

Appuyez-vous en premier lieu sur les poèmes du corpus distribué en classe mercredi 24, et sur votre réflexion sur une question possible.

Plus encore que les cours, lisez les poèmes que vous avez découverts ces dernières années. Inutile d’en lire cinquante. Quelques-uns, aimés, ou qui vous ont marqué pour telle ou telle raison, suffisent. Mieux vaut en connaître peu (même trois ou quatre), mais bien, que l’inverse.

Si nécessaire, lisez ou relisez, par rapport au programme de Seconde, quelques poèmes qui s’inscrivent dans le mouvement romantique, notamment : je songe à Hugo, Lamartine, Musset, Vigny, par exemple. N’hésitez pas à lire quelques poèmes issus du Surréalisme (Breton, Éluard, Desnos…).

Je vous renvoie aussi à votre manuel : faites votre choix dans les poèmes de la séquence 10 (voir la table des matières p. 201). Choisissez ce qui vous paraît de prime abord le plus accessible : par exemple, les poèmes d’amour de Ronsard, celui d’Éluard, puis Verlaine, Apollinaire… Je ne passe pas Baudelaire sous silence pour rien, nous l’étudierons ensuite.

Je vous invite enfin à lire quelques poèmes de la séquence 12 : “L’invitation au voyage” de Baudelaire, les poèmes de Guillevic, de Prévert, de Segalen… La table des matières est page 233. En quelques mots, le thème du voyage, qui fonde ici cette séquence proposée par les auteurs du manuel, sert une ambition poétique : déchiffrer, c’est-à-dire donner au lecteur à comprendre le monde.


4. Avant-dernière étape : croisez les textes lus avec les réflexions engagées

Reprenez les questions que je vous ai proposées. Maintenant, vous pouvez étayer vos réflexions des quelques poèmes qui vous ont paru intéressants, auxquels vous avez été sensibles. Une dizaine, voire une demi-douzaine suffit, puisque vous aurez quatre poèmes dans le corpus. Inutile de faire une analyse pointue de chacun ! Mais que chaque poème, dans sa forme singulière, avec ses deux ou trois procédés d’écriture les plus saillants, et surtout, la signification qui s’en dégage, nourrissent votre réflexion.


5. Ultime étape : l’entraînement

J’essaie de vous rendre lundi vos réécritures de l’examen, axées sur les principaux défauts de vos copies.

Quant à vous, entraînez-vous. Le sujet proposé à partir de la page 265 est particulièrement bien conçu.

Vous pouvez par exemple travailler sur la question sur corpus n°2.

Je vous propose, pour l’entraînement à la dissertation, une variante du sujet proposé :

La poésie est-elle particulièrement propre à chanter la révolte ?

Analysez le sujet ; préparez une introduction ; imaginez un plan, les principaux arguments qui fondent les sous-parties, les exemples. Rédigez une sous-partie.

Enfin, si vous voulez plutôt vous préparer au commentaire, essayez par exemple de voir comment Apollinaire réinvente la réalité urbaine (ce serait un projet de lecture possible) dans Zone, premier poème du recueil Alcools, page 258 de votre manuel.

Je reste disponible pour vos questions. Faites-vous confiance sur un point : nul besoin d'être un expert pour avoir un rapport authentique et sensible à un poème ou un corpus de poèmes. Vous n'êtes pas en L pour rien !

ImprimerIMPRIMER