Quelques conseils pour bien répondre à la question que je vous ai posée sur la vision de la beauté dans plusieurs textes de Baudelaire.


  • Réjouissez-vous, c’est une question difficile. Quand donc vous rencontrerez des difficultés, par exemple à comprendre ce qui diffère entre “La Beauté” et “Hymne à la Beauté”, vous serez sur la bonne piste. Suivez ce qui est compliqué, problématique, ce qui résiste.
  • Au préalable peut-être, ou après une première lecture de “La Beauté”, faites le détour suivant. Recherchez ce qu’est le Parnasse : les principes de ce mouvement poétique, son esthétique, le rapport que Baudelaire entretient avec lui. Puis lisez la dédicace qui ouvre Les Fleurs du Mal, adressée à Théophile Gautier. Pourquoi Baudelaire loue-t-il le “poète impeccable” ? Aidez-vous de ce que nous savons déjà : le surgissement de la beauté dans la laideur, celui de la vie dans le corps mort, dans “Une charogne”, est-il le signe d’une poésie qui cherche à être “impeccable” ?
  • Ce qui est intéressant, c’est que Baudelaire a progressivement découvert ce qui pour lui était la Beauté. Et le mieux, c’est qu’il l’a fait non avant d’écrire, mais en écrivant, par l’expérience même de la poésie. Le corpus, entre le premier poème et les textes suivants, révèle cette évolution, en même temps que les traits permanents de la Beauté pour le poète.

Bon courage !

ImprimerIMPRIMER

À lire aussi