Vous trouverez ci-dessous tout ce qu’il vous faut pour bien préparer et réussir votre second oral blanc.

J'ajoute début avril les liens vers l'ensemble des synthèses publiées sur Lettrines.


Liens utiles en fin de billet

À relire ci-dessous, une méthodologie complète et qui se veut pratique, avec un exemple d’oral enregistré (Dom Juan, Acte I, scène 2).

Vous pourrez aussi télécharger le descriptif de nos lectures et activités pour les trois premières séquences.

Pour la 1re partie de l’oral, récapitulatif des textes 1 à 14 à travailler

Je rappelle en quelques mots, entre parenthèses, les éléments les plus saillants de nos lectures, afin qu’en un coup d’œil l’essentiel du texte vous revienne.

Séquence I

  • Feuillet 141 des Feuillets d’Hypnos, 1948 (1943-44). (La quête d’une harmonie et son expression, pour résister à la terreur ; entrée dans la lecture par l’écriture de métaphores, avec l’anaphore qui structure le poème.)
  • Saint-John Perse, « Pour fêter une enfance, II », Éloges, 1911. (Une célébration de l’enfance avec le point de vue de l’enfant ; entrée dans la lecture par l’écriture d’un court texte à la façon 
du « Je me souviens » de Perec.)
  • « À une passante ».
 (Une saisie fugitive de l’Idéal baudelairien dans ses paradoxes.)
  • « Le Cygne ».
 (L’exil et la mélancolie exprimés, dépassés et sublimés dans leurs représentations.)

Séquence II

  • Stendhal, La Chartreuse de Parme, Fabrice à Waterloo, 1839.
 (Une scène de bataille qui prend le contrepied de l’épopée.)
  • L’incipit d’un Balcon en forêt.
 (Une entrée envoûtante dans le roman, entre nature enchantée et laideur du monde.)
  • Le réveil de Grange dans la maison forte.
 (Un moment suspendu entre insouciance et inquiétude, au cœur d’un lieu double.)
  • La rencontre de Mona. (
La rencontre féérique d’un double féminin du héros.)
  • Le réveil du 12 mai 1940.
 (Un écho inversé du premier réveil, au seuil d’une guerre inhumaine et irréelle.)

Séquence III

  • L’éloge du tabac par Sganarelle, Acte I, scène 1. (Un condensé d’exposition sous forme d’éloge paradoxal.)
  • L’éloge de l’inconstance, tirade d’un séducteur, Acte I, scène 2. (
La tirade d’un rhéteur habile, metteur en scène de ses propres exploits… au risque que le discours paraisse artificiel.)
  • L’entrée en scène d’Elvire et la confrontation avec Dom Juan, Acte I, scène 3.
 (Un duel entre une héroïne tragique éloquente et un séducteur silencieux.)
  • La conquête de Charlotte, Acte II, scène 2. (
Une scène de séduction outrancière, mais efficace.)
  • La « scène du Pauvre », Acte III, scène 2. (
Une scène ambiguë et scandaleuse ; un échec du tentateur ou une victoire du rhéteur ?)

ImprimerIMPRIMER

À lire aussi