Trop brèves, réduites à un seul mot, les citations peuvent certes fonctionner. Mais l’abus de cette brièveté donne l’impression d’une dissection.

Trop longues, elles phagocytent votre propos : le commentaire, fait d’analyse de la forme et d’interprétation du fond, doit primer...

Exemple de citations trop brèves

Dans un commentaire de « La courbe de tes yeux… » de Paul Éluard :

Éluard souligne l'harmonie de l'amour retrouvé. Il en déploie le lexique : "cœur", "douceur", "berceau"...

On préfèrera des citations non tronquées et donc significatives

Éluard souligne l'harmonie de l'amour retrouvé. Il en déploie le lexique : "le tour de mon cœur", "un rond de danse et de douceur", "berceau nocturne et sûr".


Les citations sont nettement plus significatives et trahissent moins le texte si l’on insère dans le propos des groupes nominaux complets. Même réflexion si l’on choisit des phrases : attention à ce que le verbe soit bien précédé de son sujet.

Dans l’exemple ci-dessus, les deux points permettent de distinguer le commentaire et la citation. Il faut varier les modes d’insertion pour ne pas lasser le correcteur.

Autre façon d’insérer des citations dans le propos, avec une analyse et une interprétation enrichies :

Le lexique souligne l’harmonie de l’amour retrouvé. Les formes circulaires se font écho, du « tour de mon cœur » au « rond de danse et de douceur ». Ici, l’écho est par ailleurs renforcé par les rimes. L’amour pour Éluard est également métaphorisé par l’image du « berceau nocturne et sûr », qui offre un refuge maternel au poète : la femme aimée devient mère protectrice.
ImprimerIMPRIMER

À lire aussi