Ce billet recense quelques erreurs fréquentes dans les copies de lycée, d’ordre orthographique et / ou grammatical, avec des explications et des solutions simples pour les éviter.

Au sommaire


Orthographe

de par

De par est une construction fondée sur… de et par. Pas de T à par.

Elle est suivie d’une cause, et équivaut à peu près à “du fait de”, ou dans certains cas “à cause de”. Si l’on veut dire “au moyen de” ou “grâce à”, “par” suffit.

De par son appartenance au mouvement surréaliste, Paul Éluard…

Le texte de Voltaire sur le nègre rencontré aux portes de Surinam dénonce tous les maillons de la chaîne de l’esclavage par l’ironie et le discours de l’esclave.

 

parmi

Parmi s’écrit sans S. Mi signifie milieu, comme dans “minuit”.

 

champ

Champ au singulier s’écrit sans S. Si vous avez un doute au moment de lancer dans la bataille du commentaire littéraire votre “champ lexical”, préférez lexique, c’est aussi simple.

Syntaxe (et lexique)

 

L’interrogative indirecte

Voici comment fonctionnent les interrogatives indirectes, fréquemment employées pour formuler le projet de lecture, et donc terriblement pénalisantes lorsque vous répétez le sujet après le verbe :

Nous allons voir en quoi ce texte est un appel à la liberté.

Cette phrase est l’équivalent d’une interrogative directe, c’est-à-dire à une question cette fois directement posée, avec un point d’interrogation, seule tournure dans laquelle on doit répéter le sujet après le verbe, sous la forme d’un pronom :

En quoi ce texte est-il un appel à la liberté ?

L’erreur qui se rencontre souvent est un mélange des deux, qui fait la plus mauvaise impression en début de copie ou à l’oral, dans le cadre de l’épreuve du Baccalauréat par exemple, lorsqu’un candidat reprend la question posée par l’examinateur.

 

dû à

Dans la plupart des cas que j’ai rencontrés, cette tournure est non grammaticale. Elle est malheureusement de plus en plus utilisée à la télévision… On peut aisément la remplacer de la manière suivante.

L'auteur réussit à convaincre le lecteur, grâce à...
Une impression de malaise se dégage du texte, du fait de (tel procédé)..., à cause de...

Le seul emploi acceptable de “dû à” est le suivant :

Les changements climatiques sont dus à l'activité humaine.

Rappelons enfin que l’accent circonflexe permet de distinguer le participe passé du verbe devoir au masculin singulier, , de la préposition du :

Le goût du pain dans cette boulangerie est dû au magnifique travail accompli par cet artisan.

 

Par quoi remplacer Tel que en début de phrase ?

Cette tournure non grammaticale peut être aisément remplacée :

  • soit on garde tel, mais il doit être suivi d’un nom ;
  • soit on écrit “ainsi de” et on ajoute là aussi un nom.

Attention, tel s'accorde avec le nom qui suit.

De nombreux procédés participent du lyrisme de ce poème. Telle l'énumération au vers...
Les auteurs du corpus insistent sur l'horreur de la guerre. Tel Hemingway, qui avec son personnage...

 

Par quoi remplacer appuyer sur ?

La tournure “appuyer sur” (une idée, quelque chose d’abstrait), qui abonde dans les copies comme à l’oral, n’est pas française (il faut quelque chose de concret : on “appuie sur le champignon”, par exemple).

Le synonyme “insister” la remplace efficacement. Quelques suggestions :

L'auteur / tel procédé / telle expression

insiste sur...
souligne...
met l'accent sur...
met en avant...
met en lumière...

tandis que : attention en début de phrase

Cette phrase est correcte :

André Breton pense que les métaphores les plus réussies doivent surprendre, tandis que Reverdy prône la cohérence entre le comparant et le comparé pour réussir une image.

Celle-ci aussi :

Tandis que Reverdy prône la cohérence entre le comparant et le comparé pour réussir une image, André Breton pense que les métaphores les plus réussies doivent surprendre.

Ici, la seconde phrase ne l’est pas :

André Breton pense que les métaphores les plus réussies doivent surprendre. 

Tandis que Reverdy prône la cohérence entre le comparant et le comparé pour réussir une image.

Il en serait de même avec “alors que” ou “contrairement à”.

Si vous avez un doute, remplacez “tandis que” par “cependant”, “toutefois”, “néanmoins”…

 

Malgré

En théorie, malgré que pourrait être accepté. En pratique, cette tournure sera sanctionnée par le correcteur. Malgré signifie “contre le gré” de ; on attend donc un nom :

Malgré un certain lyrisme, Baudelaire ne cède pas à l'épanchement des sentiments, et l'ironie rend le poème grinçant.

Il faudrait utiliser à la place de malgré que  :

malgré le fait que

Je vous suggère tout bonnement de la remplacer par :

bien que
ImprimerIMPRIMER

À lire aussi